RUBRIQUES:

Accueil

Gastronomie

Bouboule et ses amis

Histoires de vie

Boutiques

Voyages

Liens

Nous Contacter

 

 

Quand j’ai quelque chose à demander à quelqu’un,

c’est ainsi que je regarde la personne intéressée.

C’est parlant, non ?

Là, ce n’est pas bien compliqué. Je suis dans la cuisine et je demande qu’on me remplisse mon ramequin personnel de mes croquettes préférées, celles fourrées à la crevette. C’est clair, c’est net et tout le monde comprend. Pas besoin d’un dessin.

J’aime bien qu’on me les serve dans un petit plat individuel car depuis que Maman a découvert ces petites merveilles industrielles et qu’elle nous les sert régulièrement, les copains y ont pris goût également et je n’aime pas trop que tout le monde mange dans mon assiette.

Eux, ça ne les gène pas de manger ensemble ou à tour de rôle dans la même gamelle… moi, question hygiène, je suis un peu plus difficile. C’est vrai ça ! Vous, vous n’aimez pas qu’on touche à votre frichti… hé bien, moi, c’est pareil ! D’autant que les copains, ils ont tendance à baver un peu, à lécher pour goûter, à en mettre à côté. Moi, je mange très proprement, délicatement. Je renifle longuement pour être certain que cela va me convenir, je saisis une croquette entre mes dents et je la goûte tranquillement, je l’écrase avec délectation, je la presse entre ma langue et mon palais afin que ses arômes se répandent dans ma bouche, puis je déglutie et j’avale. Dès lors, le test étant réussi, je peux continuer à manger à un rythme plus soutenu.

 

Je me tâte…

               J’y vais ou je n’y vais pas…

                                    Je ferais bien un petit tour dehors.

                                                                      Il y a un rayon de soleil.

                                                                                              J’irais bien à la chasse…

Ici, où j’habite, en Périgord, c’est un pays de chasseurs… J’en aperçois parfois, la casquette au ras des sourcils, le fusil pointé devant eux, en treillis de combat, qui longent la propriété avec des regards concupiscents vers les oiseaux qui peuplent le jardin… Les chasseurs, ils n’aiment pas les chats… Ils prétendent que nous sommes des « concurrents », eux qui tirent sur tout ce qui bouge, sur les moineaux, les feuilles qui frémissent au vent, les herbes qui se couchent sous la brise, les promeneurs imprudents qui osent s’égayer dans les bois par temps de chasse. Alors les chats, vous pensez… Ils ont vite fait de nous prendre pour des lapins… J’ai appris que certains chats de la famille avaient disparu à l’époque de la chasse… Fort de cette information, je reste prudent.

Ne vais-je pas rencontrer au détour d’un sentier

un de ces hommes de Cro-Magnon,

chasseur-cueilleur et ramasseur de champignon

toujours à l’affût du moindre terrier.

Vous avez vu… je fais encore des vers… quel poète ce Bouboule…

Bon, passons ! Alors, j’y vais ou je n’y vais pas…

Toutes réflexions faites, je pense que je vais rester ici. Après tout, il y a quand même moins de danger à rester à la maison. Peut-être tout à l’heure, vais-je aller m’allonger sur la terrasse. Le soleil, c’est bon pour ma fourrure…

En attendant, je vais demander à Muzo ce qu’il va faire de sa journée. Oh, je vois ! Il est encore collé avec son autre copain. Oui, mais il roupille le Tigrou, comme d’habitude. Pas marrant !

Hé Muzo, tu viens jouer ? Non ? Tu préfères rester avec cet endormi de chat jaune ? Bon, tu fais comme tu veux ! Moi, ce que j’en dis ! Hein ! Tant pis pour toi…

Ho la la ! Ce n’est pas vrai, ça ! Il n’y en a pas un pour jouer avec moi… décidément, on ne peut jamais compter sur les copains… Quel drame que la solitude ! Je vais rester là à méditer, seul…  

 

========================

 

Vous pensez peut-être que je suis superficiel, mais détrompez-vous. Je suis très sensible à un nombre de choses dont vous n’avez même pas idée. Par exemple, je suis particulièrement réceptif à l’art, encore une réminiscence de mes ancêtres qui vivaient au contact de la beauté des statues issues de l’art shan, birman et indou.

Aussi, quand je vois ma Maman dessiner, j’aime regarder ses croquis et je vous en présente quelques uns d’autant que, comme vous pouvez le constater, il s’agit du portrait au crayon de quelques un de mes congénères.

 Il y a le chat roux, à l’air un peu crâneur.

 

Les deux frères, tout étonnés

 

Le chat angora majestueux

Le chaton qui pourrait être moi quand j’étais petit

 

Et pour finir, un chat à grandes moustaches (mais pas aussi belles que les miennes)

 

Je vous en montrerai d’autres un jour prochain. 

Bon, c’est le 1er mai et comme chacun sait, c’est la fête du travail. C’est drôle, pour la fête du travail, les gens se reposent… et c’est ce que je vais faire également, car dans la vie d’un chat, la sieste tient une place prépondérante. Un somme AVANT le repas, ça ne peut pas faire de mal et puis j’ai toujours la perspective de poursuivre mon assoupissement APRES mes agapes de la mi-journée.

Haaaa !! Je baille à m’en décrocher la mâchoire… Il est temps de trouver un coin bien chaud pour m’assoupir. Je vais pouvoir rêver aux petites souris bien dodues, aux crevettes charnues et aux yaourts à la vanille… Je ne vous ai pas dit… j’adore les yaourts à la vanille… Bon, je m’endors là…  

 

 < PRECEDENT    Page:   1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 -10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 1718 - 1920212223 - 24 - SUIVANT >

 

Haut de page